Encyclopedia of Shinto Kokugakuin University
 main menu
  »New EOS site

  »Home

  »Foreword

  »Guide to Usage

  »Contributors & Translators

  

  »Movies List
 Links
AND OR

Home » Chapter Introductions(Français) » Français
Chapitre 9: Documents sur le shintō
Ici, nous parlons d°«un point de vue principalement bibliographique des documents importants pour connaître l°«histoire ou la pensée du shintō. « Résumés des documents sur le shintō et histoire de son étude » offre une explication selon l°«histoire générale et y est aussi expliqué succinctement quel sens peut avoir pour le shintō ce que l°«on appelle de façon générique les textes anciens du shintō ou encore les œuvres de chaque penseur. Le rapport entre shintō et littérature est un champ qui produit actuellement des résultats de recherches divers mais, si l°«on entre dans les détails, comme on ne doit pas détourner son attention de l°«orientation de l°«ensemble de l°«histoire littéraire, nous nous sommes limités aux explications sur les éléments les plus nets du shintō comme les documents relatifs à la fondation des sanctuaires ou les commentaires sur le shintō. Du point de vue des périodes, nous nous sommes plutôt concentrés sur une période allant de l°«époque ancienne au moyen âge.
       Dans le shintō, il n°«y a pas de textes sacrés qui offriraient l°«enseignement du fondateur comme le Nouveau testament chrétien, le Coran de l°«islam, les sutras du bouddhisme. Néanmoins, comme le montrent les expressions tels que textes anciens du shintō ou textes des divinités, il existe des écrits qui renferment des éléments d°«histoire de la formation du shintō ou des concepts fondamentaux. Le Kojiki ou le Nihon shoki, par exemple, ressemblent pour part à la structuration du contenu de l°«Ancien testament chrétien (qui est aussi le texte sacré de la confession juive). C°«est qu°«en effet, en résumant, cela commence par la clarification du rapport entre dieux et gens puis continue sur l°«histoire du peuple en se centrant sur la filiation. On sait que l°«organisation du Nihon shoki prend modèle sur les « ki » chinois, c'est-à-dire les livres d°«Annales mais le shintō accorde également à ce contenu un caractère de texte sacré. Dans l°«Ancien testament ou dans les vedas de l°«hindouisme, sont également consignés des rites sacrés traditionnels pour le peuple et on en trouve également dans le Kojiki et le Nihon shoki par exemple. En outre, les norito ou senmyō sont les phrases à l°«occasion des différents rites. C°«est pourquoi les textes anciens du shintō ont aussi un caractère de livres de rites.
       Dans les « documents liés » sont expliqués 116 documents.Parmi eux, pour ce qui est de la pensée particulière des individus ou des résultats de recherche, les œuvres des savants des études nationales occupent une bonne part mais c°«est là quelque chose d°«évident si l°«on considère leur influence sur la théologie ou l°«enseignement actuels du shintō. En outre, les œuvres, pour le moyen âge des moines et pour l°«époque moderne des confucianistes, représentent aussi une catégorie mais cela reflète en fonction des différentes périodes ce que chacun à fait en relation avec la formation de la pensée shintō ou de son étude. Sinon, les documents de fondation des sanctuaires et carnets de cérémonies ne sont pas rares non plus. En ce qui concerne la catégorie des documents de fondation, il s°«agit de tout ce qui retrace l°«origine de chaque sanctuaire mais, même si tous ne respectent pas la réalité historique, comprendre comment le sanctuaire pensait alors sa fondation ou comment elle souhaitait le faire croire, représente des documents extraordinairement importants. Dans les écrits qui retracent le déroulement des rites, de nombreux concernent le sanctuaire d°«Ise mais on peut dire que cela montre la nature du Grand sanctuaire qui a fait de gros efforts pour transmettre ces rites.
       Qu°«il s°«agisse de documents sur la pensée ou des documents de fondation, cela monte en réalité à un nombre considérable mais nous nous sommes limités à présenter ce que l°«on peut considérer comme des documents fondamentaux. En outre il y a également des personnes qui, tels Motoori Norinaga ou Hirata Atsutane, ont laissé de nombreux écrits pour l°«étude du shintō d°«aujourd°«hui mais, là encore, nous nous sommes bornés à présenter un nombre d°«œuvres représentatives. A propos des œuvres principales de chaque personnage, comme elles sont énumérées dans la notice de leur auteur, il faut aussi s°«y référer.
       Les documents se trouvant dans les « documents liés » sont de diverses natures et il est extrêmement difficile d°«en expliquer le contenu de façon concise. Là, dans chaque article, nous avons eu pour principal objectif de présenter les informations fondamentales sur ces documents. En d°«autres termes, pour ce qui a un auteur déterminé, nous indiquons la mention du nom de l°«auteur, des détails sur sa formation, sa structure d°«ensemble, les particularités ou les points où porter son attention dans son contenu, les significations de ce document. Pour certains, s°«ils sont actuellement publiés, est notamment indiqué le nom du livre dans lequel ils sont regroupés, ou le nom de la série d°«œuvres complètes.

— Inoue Nobutaka
"Establishment of a National Learning Institute for the Dissemination of Research on Shinto and Japanese Culture"
4-10-28 Higashi, Shibuya-ku, Tokyo, 150-8440, Japan
URL http://21coe.kokugakuin.ac.jp/
Copyright ©2002-2006 Kokugakuin University. All rights reserved.
Ver. ¶¬1.3